Nouvelles lauréates du concours jeunesse

Voici les 2 nouvelles lauréates jeunesse du 3ème concours organisé par l'association !
Ce concours avait pour thème "Nos peurs"et les nouvelles ne devaient pas dépasser 1500 mots.
Félicitations aux lauréates !






Le dernier cadeau.

De Alexia Rebeyrolle (14 ans)
1er prix jeunesse (ex-aequo)



Il faisait sombre, elle était seule et terrifiée. Cela faisait maintenant plus d’une heure qu’elle marchait dans la nuit noire. Elle ne savait que faire, les rues étaient sinueuses et sans lumière. Allie n’avait aucun repère et elle en était presque sûre : elle tournait en rond. Au moment où elle se décida à trouver un objet quelconque pour marquer les endroits par où elle passait, elle sentit une présence dans son dos. Elle n’osa pas se retourner ni même s’arrêter : elle accéléra. Maintenant elle en était certaine : quelqu’un était derrière elle et la suivait. Allie était terrorisée, depuis qu’elle se trouvait ici. Elle n’arrêtait  pas de se demander pourquoi et comment elle était arrivée là.
            D’un seul coup, le décor changea, les petites ruelles étroites furent remplacées par des champs à perte de vue. Le soleil essayait de percer à travers les immenses arbres que l’on apercevait au loin. Allie, de plus en plus déconcertée commençait à entendre des voix au loin qui criaient son prénom. Elle se mit à courir vers celles-ci sentant toujours la présence de cet intrus dans son dos. Plus elle se rapprochait des voix, plus celles-ci s’éloignaient. Allie ne savait que faire parmi les épis de blé  et elle avait peur, extrêmement peur.
            Soudain, tout devint noir et cette fois, elle se réveilla en sueurs. Voilà, cela faisait des mois qu’elle faisait des cauchemars  comme celui-ci mais cette fois-ci il était encore plus terrifiant que d’habitude. Chaque soir, elle se couchait en appréhendant ce moment. Ces cauchemars s’intensifiaient depuis quelques jours.
            Cela faisait deux semaines que les vacances avaient débuté et dans deux jours c’était son anniversaire. Elle espérait mieux dormir pour pouvoir être en forme mais pour l’instant rien ne se passait comme prévu. Elle commençait à croire que cela ne cesserait jamais mais que faire : elle ne pouvait pas passer sa vie tourmentée par des cauchemars extravagants et terrorisants.
            La journée se passa sans incident particulier. Quand vint l’heure de se coucher, Allie ne trouva pas le sommeil par appréhension. Alors elle prit un somnifère et parvint enfin à s’endormir.
            Elle se trouvait au beau milieu d’une forêt, la pleine lune projetait sa lumière sur les arbres qui formaient des ombres gigantesques. L’homme était là, tout près, elle le sentait. Elle se mit à courir, slalomant entre les arbres et les buissons. Des branches craquaient sous ses pieds et sous ceux de son assaillant. Il se rapprochait, bientôt il pourrait la toucher. Bien qu’elle ignorât ses intentions, elle n’avait aucune envie de se faire rattraper. Malheureusement, le chemin changea et des pierres apparurent sur le petit sentier : Allie ne les distingua pas immédiatement et tomba la tête la première dans la boue. Elle s’était fait très mal et ne pouvait plus bouger sa jambe. Elle était complètement paniquée. Elle décida de se retourner et là, elle fit face à son poursuivant.
            Il était 4H30 et Allie venait de prendre une douche pour se remettre les idées en place. Cette nuit fut la pire de toutes. Elle n’avait pas osé se rendormir bien qu’elle en aurait eu besoin car ces nuits pleines de cauchemars ne la reposaient pas.
            Elle consacra sa journée à la préparation de son anniversaire : ses amies arrivaient le lendemain vers 13h30 et repartaient vers 19h.
            Le temps passa rapidement et le soir fut vite là. Cette fois, Allie était bien décidée à ne pas faire de cauchemars. Pour cela elle programma son réveil pour qu’il sonne toutes les heures afin qu’elle n’ait pas le temps de plonger dans le pays des rêves.
            Au début, tout se passa comme prévu. Mais à 1h du matin, Allie n’entendit pas son réveil car elle était déjà bien trop endormie.
            L’homme était là, tout près, si près qu’elle sentait son souffle. Il tenait un revolver pointé sur elle. Il commença à réciter une sorte de prière en latin. Allie était tétanisée, sa jambe la faisait toujours souffrir et elle ne savait comment réagir face à cet individu. Un bruit se fit entendre dans le buisson à côté d’elle et Allie tourna la tête pour voir de quoi il s’agissait. L’homme n’apprécia guère son inattention et pour récupérer celle-ci, il chargea le pistolet qui émit un petit déclic. Aussitôt Allie retourna la tête dans sa direction. L’homme continua son incantation. Dès qu’il eut fini, il ajusta son pistolet sur la poitrine d’Allie puis « BIP BIP BIP BIP… »
            Allie se réveilla en sursaut grâce à son réveil : il était 2h et elle ne s’était pas réveillée à 1h : elle s’en voulait terriblement car maintenant elle était terrorisée à l’idée de devoir se rendormir. Finalement, elle se leva et prit sa douche puis elle entreprit d’attendre que sa famille se réveille en lisant un livre. Le matin passa rapidement et à 13h30, ses amies étaient toutes arrivées. Allie était heureuse car cet après-midi allait lui changer les idées.
            La jeune fille et ses amies se baignèrent puis Allie ouvrit ses cadeaux. Ensuite elles retournèrent dans l’eau et s’allongèrent sur des transats pour discuter. Seulement, Allie était si bien au soleil qu’elle s’endormit.
            La forêt était toujours aussi sombre et l’homme toujours devant elle. Elle entendait des voix qui l’appelaient et elle sentait qu’on la chatouillait et qu’on la pinçait. Elle reporta son attention sur l’homme et à ce moment-là, la balle partit. Une douleur fulgurante lui traversa la poitrine.
            A ce moment là, elle ouvrit les yeux et vit les regards horrifiés de ses amies. La douleur était toujours aussi présente, atroce, épouvantable. Allie porta une main là où la balle lui avait traversé le corps et en soulevant ses doigts, elle vit du sang, oui du sang : son sang.



Fait divers dans la région :
            6 jeunes filles sont suspectées d’avoir tué Allie Joyaux. La jeune fille qui fêtait son anniversaire chez elle avec ses amies le jour de son décès. Ses parents encore sous le choc déclarent :
            « Nous étions partis faire des courses pour laisser les jeunes filles entre elles et lorsque nous sommes revenus, on a entendu des cris : nous avons accouru et on a découvert le cadavre de notre fille, traversé par une balle au niveau de la poitrine. »
            Le meurtre reste encore flou : les jeunes filles présentes à l’anniversaire de Mademoiselle Joyaux  ont toutes été interrogées par un inspecteur de police juste après l’assassinat. Il nous a avoué que les filles encore sous le choc déclarent ne pas savoir ce qu’il s’est passé. Nous avons pu interroger quelques-unes des invitées et une en particulier nous explique :
            « On discutait tranquillement sur des transats au soleil quand on s’est rendu compte qu’Allie dormait. Nous nous sommes donc approchées et avons essayé de la réveiller en la chatouillant et en la pinçant. Elle s’agitait beaucoup dans son sommeil et lorsqu’elle a enfin ouvert les yeux, elle avait l’air terrifiée. A ce moment une tache de sang a commencé à se former sur sa poitrine : nous étions toutes paniqués en lui demandant ce qu’il se passait, mais elle ne semblait pas nous entendre. Elle a porté une main à  sa poitrine puis a examiné son sang avec horreur, nous a jeté un dernier regard en essayant de nous sourire, je crois, puis elle a refermé les yeux. On a tout de suite vérifié sa respiration et son pouls mais c’était déjà trop tard. On s’en veut terriblement de n’avoir rien pu faire et surtout de ne pas comprendre ce qu’il s’est passé. »
Sur ces paroles la fille a fondu en larmes soutenue par ses amies.
            Le mystère est encore à éclaircir. Dans la chambre de Mademoiselle Joyaux les enquêteurs ont trouvés son journal intime qui indiquait que cela faisait plusieurs semaines qu’elle faisait des cauchemars horribles où elle était suivie par un mystérieux homme. Rappelez-vous de ce qui est arrivé à Lise Durant, une jeune fille du même âge qu’Allie Joyaux qui est décédée de façon similaire le mois dernier. Encore un meurtre surnaturel ?

                                               P.Charles








Emma


De Anaëlle Varvoux (13 ans)
1er prix jeunesse (ex-aequo)


  Depuis toujours, Emma avait la phobie des souris. Ces petits rongeurs la terrifiaient tant qu’elle ne pouvait même pas supporter de les voir en image sans se sentir glacée d’effroi.  Emma en faisait d’horribles  cauchemars presque chaque nuit : elle rêvait que ces abominables bêtes tentaient de la mordre ou de la griffer avec  leurs exécrables petites pattes crochues. Elle se réveillait alors en sursaut, livide et trempée de sueur, et elle mettait ensuite un long moment à se calmer.  Chaque jour, chaque minute, chaque instant, Emma angoissait terriblement à l’idée de se retrouver face à face avec l’un de ces monstres repoussants.                                                                                                         Donc, vous l’aurez compris, Emma éprouvait une véritable aversion pour les souris.
   Un samedi matin, alors que Emma se réveillait tranquillement après un de ses rares rêves doux et calmes, elle crut soudain entendre un petit cliquetis de griffes sur le plancher. Emma se mit aussitôt à  paniquer, mais elle tentait de se calmer en se répétant que ce n’était  sans doute qu’une de ses fréquentes hallucinations. Mais le cliquetis continuait, et l’épouvante d’Emma montait en flèche. Elle était blême, et sentait des sueurs froides ruisseler dans son dos. Le bruit des griffes se rapprochait… et soudain Emma se retrouva nez à nez avec ce qu’elle avait redouté toute sa vie : une souris ! Elle poussa alors un hurlement d’épouvante que se répercuta lugubrement dans toutes les pièces de la maison. Les yeux vitreux de la créature la regardaient fixement et Emma se sentit défaillir. Alors, la souris se rapprocha et planta profondément ses petites dents pointues dans la chair d’Emma…

   Ainsi se termina la vie d’Emma, petit bout d’emmenthal abandonné au fond d’un placard, dévoré sauvagement par une souris sans pitié.            


Commentaires

Articles les plus consultés